Brésil : Les attentats terroristes contre les temples des religions Africaines en hausse

0
926
religions

-Les attentats contre les temples sont fréquents à Rio, à Nova Iguaçu seul, il y a eu sept cas au cours des deux derniers mois

Les attaques contre les temples des religions Afro-brésiliennes sont commandées par des trafiquants évangéliques.

Au moins cinq trafiquants ont déjà été inculpés par la police en tant que participants à des attaques en séries contre des temples de religions Afro-brésiliennes, en particulier Umbanda et Candomblé.

Une vidéo obtenu par O DIA a fait le tour des réseaux sociaux, provoquant l’appréhension parmi les initiés. Dans les images, un revendeur de drogue ordonne à une prêtresse de détruire le temple qui se trouvait dans Morro do Dendê.

La femme âgée de 65 ans a été forcée de détruire les images sacrées du Candomblé et avait un collier utilisé par les initiés, arraché de son coup avec un revolver.

https://www.youtube.com/watch?v=Q3mLgPD7Y_A

Dans une autre vidéo faisant suite à la précédente ci-dessous, les trafiquants obligent un prêtre à porter une chemise avec le visage de jésus, après avoir entièrement détruit un autel peu avant.

« La prochaine fois, je vais te tuer » […] Nous ne voulons pas de Macumba (voodoo) ici. Je suis de jésus. Si je t’attrapes encore, je vais tuer.« , le trafiquant au prêtre.

« Brisez tout, brisez tous ! Retirez les bougies, parce que le sang de jésus a le pouvoir ! Brisez tout les guias* ! Tout le mal doit être défait, au nom de jésus ! Faites tomber tout cela parce que vous êtes celui qui est le chef démon ! »

Tout le long, les chefs étaient sous la menace d’être battu avec une batte de baseball. 

https://www.youtube.com/watch?v=0IEBX__2r4E

Le jour suivant, les députés (43) ont approuvés une motion de répudiation des attaques, sous l’autorité de Luiz Martins.

La secrétaire aux droits de l’homme et aux politiques pour les femmes et les personnes âgées, Atila Alexandre Nunes, a déclaré, avoir réalisés 30 rapports de temples détruits en moins de 20 jours.

O DIA a révélé que la Police pour les crimes raciaux et les crimes contre l’intolérance devrait être présentée dans les prochaines semaines.

Selon Dial 100, plus de 131 cas d’intolérance ont été enregistrées, la plupart dans l’Etat de Rio de Janeiro.

La vague d’attentats contre les temples des religions Afro-brésiliennes, en particulier dans la capitale et la Baixada, Fluminense, anticipera la création de la Police pour les prochaines semaines.

La prévision initiale était d’au moins trois mois.

Il a été défini que les victimes auront des soins à DECRADI, y compris l’assistance juridique, psychologique et sociale.

La liberté religieuse est menacée transportées par des « missionnaires » évangéliques.

En réponse aux attaques contre les temples, les persécutions dont sont régulièrement victimes les Afro-brésiliens pratiquants les spiritualités Africaines, l’Institut de philosophie et sciences sociales (IFCS) de l’UFRJ, à Largo São Francisco, crée un court-métrage intitulé « Respect ».

Au même évènement, le Babalawô Ivanir dos Santos lance un groupe d’étude sur l’intolérance religieuse.

Pour le sociologue Carolina Rocha, les cas d’intolérance religieuse dans les communautés sont anciens.

A Morro do Dendê, sur Ilha Do Governador (Etat de Rio), les résidents qui suivent l’Umbanda et le Candomblé ont été interdits de porter des vêtements blancs par les trafiquants de drogue et les graffiti des divinités Africaines ont été effacées des murs.

Les religions Africaines ne sont pas expansionnistes, car elles ne visent pas la conversion de nouveaux adhérents. Tout le contraire des autres.

*Guias : Portés par les fils et les filles des divinités Africaines, les guias sont des cordes de perles.