Les Gambiens s’organisent pour empêcher les jeunes de tout risquer vers l’Europe

0
694
jeunes gambie

-Après avoir été dépouillé, battu, volé, asservi et déporté en Gambie, Karamo Keita est clair, aucun jeune Gambien ne doit passer par ce qu’il a vécu en Libye, AFP

Keita et ses collègues qui ont subi des abus horribles lors de leur voyage dans le désert du Sahara ont formé un groupe pour inciter la création d’emplois.

Il souhaite aussi atténuer les attentes parmi d’autres selon lesquels une vie en Europe est facilement accessible.

« Nous avons expérimenté le voyage. Nous connaissons les difficultés rencontrées par les aspirants », a déclaré Keita, 27 an, à l’AFP.

Le président Adama Barrow, a déclaré que la création d’emplois pour les jeunes est sa priorité absolue dans une économie défaillante.

« Les jeunes risquent ce voyage en Europe. Vous ne pouvez pas les blâmer. Ils se sentent frustrés à un niveau qu’ils ne peuvent rien faire, a déclaré Barrow.

Cependant les jeunes contre la migration illégale disent, que les hauts fonctionnaires du gouvernement n’ont jusqu’à présent pas répondu à leur initiative.

Keita et compagnons de retour croient que beaucoup ont une vision idéaliste de ce qui les attend, souvent formé à partir d’images de médias sociaux postés par des Gambiens qui ont traversé la Méditerranée.

Keita se souvient d’avoir payer des pots-de-vin exorbitants au Burkina Faso et d’attendre un passeur à Agadez, au Niger, en direction de la Libye, où a commencer son véritable cauchemar.

« En Libye, les noirs n’ont pas de droit, et ils n’ont pas droit à la parole. Nous avons été emmenés dans diverse fermes où les libyens nous a vendu comme esclaves« , a déclaré Keita.

« Nous avons travaillé en continu. Certains d’entre nous était battus par les libyens pour avoir travaillé lentement. Tout ce que nous pouvions faire était de prier pour échapper en vie ».

Le pire était venu en janvier, lorsque les raids de la police contre les migrants clandestins ont été effectués dans la capitale de Tripoli.

« Quand j’ai été arrêté, ils ont trouvé de l’argent et un téléphone mobile sur moi. Tout m’a été enlevé. Les soldats nous ont dépouillés et nous ont frappés jusqu’à l’aube ».

Keita a attendu trois mois dans un centre de détention avant que l’OIM ne lui demande s’il voulait être volontairement rapatrié sur un vol vers Banjul.

Babucarr Jeng, âgé de 35 ans, était avec Keita en prison, peu de temps avant de quitter le pays.

« Avant de rentrer chez nous le 4 avril, nous avons eu une réunion et nous avons décidé de former une organisation pour sensibiliser les Gambiens ».

L’organisation Youth’s Against Illegal Migration compte maintenant 164 membres.

Après des conférences de presse, des émissions de radio et des réunions de planification hebdomadaires, la prochaine étape est une « tournée de sensibilisation » nationale visant les jeunes, leurs parents et leurs proches.

Les revenus de l’agriculture et de la pêche sont rares et le tourisme est absent dans les zones rurales de la Gambie.

Le groupe est très conscient que la cause sous-jacente est le chômage.

Les jeunes de l’organisation prévoient de s’aventurer dans l’agriculture et la pêche afin de générer des revenus pour eux mêmes.

Cependant, ils exigent que l’administration Barrow les aide avec les bateaux de pêche et de l’argent pour démarrer.

« Nous voulons que le gouvernement nous allouent des terrains vides afin que nous puissions collaborer avec le Ministère de l’Agriculture », a déclaré Keita.

Pour le prix de quelques bateaux, estime Keita, le gouvernement pourrait « décourager beaucoup de pêcheurs de se lancer dans le voyage risqué en Italie ».