Les violeurs méritent-ils une deuxième chance?

0
27

Malgré les actes horribles commis, certains estiment que les délinquants sexuels méritaient la chance de se réinsérer dans la société.

Cette semaine encore, la Ligue de Défense Noire Africaine (LDNA) est à nouveau au centre de la polémique. Le leader de l’organisation, porte des condamnations pour viols à différentes périodes (2008, 2014).

Un peu plus tôt lundi, l’ancien rappeur avait été condamné avec un complice à six mois de prison pour « acte d’intimidation » envers Patrick Balkany pris à partie début septembre à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). C’est lors de ce procès, que le public découvre que le leader, violeur multi-récidiviste a été condamné à sept ans de prison pour « viol sur personne vulnérable », déclenchant une vague d’opinions polarisées sur les réseaux sociaux.

Il existe chez beaucoup d’hommes, une forme d’inquiétude pour l’avenir d’un violeur, la façon dont cet incident affectera la vie de celui-ci, et plus important encore, comment il ne devrait pas. Les accomplissements au cours des dernières années sont glorifiés et les actes absolument horrifiques, comme un viol sont négliger. Certains pensent qu’il a tourné une nouvelle page, et d’autres pensent qu’une personne qui a infligé une telle cruauté à quelqu’un d’autre ne mérite pas la chance de tourner la page. Il devrait souffrir, sinon de la même manière, du moins pendant la même période que ses victimes, être enfermé à vie, puisqu’une personne qui a été violé n’a pas la chance de ne pas revivre son cauchemar. Cela continuera à la hanter, cela la rendra paranoïaque, cela l’effrayera, cela restera avec la victime jusqu’à la fin de ses jours. Elle portera les cicatrices physiques et psychologiques, ainsi que les conséquences médicales et financières de ce qu’elle a vécu.

D’après une enquête d’Amnesty International, plus de 90% des violeurs n’ont aucune pathologie mentale, cependant la récidive sexuelle s’est accrue avec le temps se chiffrant à 14 % après cinq ans, 20 % après 10 ans et 24 % après 15 ans selon les données officielles. Une préoccupation appropriée pour les partisans de la ligue « Noire Africaine » alors qu’encore aujourd’hui l’Afrique possède le taux de viol par habitant le plus élevé du monde.

Dans ce contexte, pouvons-nous éventuellement défendre les personnes à blâmer? Si quelqu’un peut trouver en lui-même la force de détruire la vie d’une autre personne et de lui faire subir une telle douleur, cette personne a épuisé toutes les chances. Les violeurs appartiennent à cette catégorie. Non, ils ne méritent pas une seconde chance. Une fois que leur culpabilité est prouvée hors de tout doute, ils doivent subir les conséquences à vie.

Étant à la tête d’une organisation « sociale et humanitaire », il doit répondre publiquement aux allégations troublantes alors que bon nombre de ses abonnés se sont d’ores et déjà désolidariser de lui.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here