Seun Femi : « Le ravisseur Libyen me battait avec un tuyau jusqu’à ce qu’il soit fatigué »

0
859
seun femi libye

Seun Femi ancien prisonnier en Libye témoigne de son calvaire vers l’Europe.

De retour au Nigeria, Seun Femi regrette d’être parti pour l’Europe.

Nombreux sont les Africains laissant tout derrière afin d’atteindre l’Europe. Seun Femi est un ancien prisonnier en Libye, ce Nigérian a eu de la chance de s’en sortir.

Et donc, on appelait « Morning Tea » (Thé du matin) – une flagellation brutale avec un tuyau.

Chaque matin pendant quatre mois les ravisseurs de Seun Femi l’ont battu dans une prison en Libye.

« Ils fouetteraient ma tête, mes mains, mes fesses », a déclaré l’homme de 34 ans. « Le garde me battait jusqu’à ce qu’il soit fatigué ».

Deux des doigts de Seun ont été brisés, mais le Nigérian dit que cela aurait pu être bien pire.

Un homme a été battu à mort devant lui. « Je pensais que j’allais mourir dans cette prison ».

Des dizaines de milliers d’Africains de l’Ouest qui traversent le désert du Sahara en Libye, d’où ils espèrent être trafiqués en bateau vers l’Europe.

Les migrants sont donc en proie à des milices et des gangs criminels dans la Libye déchirée par la guerre.

Plus tôt cette année, l’OIM a signalé que des migrants africains étaient vendus dans des marchés d’esclaves.

Seun était détenue avec environ 300 autres migrants africains contre une rançon. « Nous pensions que les trafiquants nous emmenaient dans un endroit où rester et pas un endroit pour nous enfermer ».

Les migrants masculins, principalement du Nigéria, du Ghana et du Sénégal, ont été séparés en grandes salles, appelés chacun ghetto.

Seun se tenait dans le ghetto du Nigéria. Dans deux ghettos, appelés Ghana et VIP (pour une personne très importante).

Les gardes extorquent une rançon plus élevée pour que les migrants soient libérés.

« Nous avons été emballés sur le sol comme des sardines », dit Seun. Il y avait peu de nourriture, mais assez d’eau, sinon les migrants mouraient de soif dans la chaleur étouffante.

Les gardes avec des surnoms comme « Rambo » battraient les migrants et leur remettraient un téléphone.

« Ils nous permettraient de téléphoner à nos familles une fois par jour. Ils nous fouetteraient lorsque nous étions en appel avec nos familles afin que nos familles obtiennent le message. Nous leur prions de nous envoyer de l’argent ».

Seun avait besoin de payer une rançon d’environ $500. L’argent devait être déposé dans un compte bancaire au Nigéria.

Mais il n’avait pas l’argent. Il a exhorté son ex-petite amie à vendre sa voiture. « C’était en mauvais état. Il lui a fallu trois mois pour la vendre ».

Seun, un chauffeur de taxi, n’avait pas d’argent pour réparer le véhicule, c’est la raison pour laquelle il a décidé d’aller en Libye.

Sa rançon a finalement été payé en décembre dernier. Seun pensait qu’il était libre. Mais, il lui a été dit qu’il avait besoin de payer une taxe d’environ $50.

Il n’avait pas l’argent. Mais un boulanger nigérian qui a vendu du pain à la prison a eu pitié de lui et a payé les frais.

« Il m’a beaucoup aidé en me sortant de cet endroit – c’est mauvais, très mal », a déclaré Seun.

Seun a ensuite payé l’homme en travaillant dans sa boulangerie pendant plusieurs semaines à Sabha.

Il s’est ensuite rendu à Tripoli puis détenu par la police libyenne. Il a été rapatrié au Nigéria en Avril.

Actuellement, à Lagos, il n’a pas de travail, et loue une petite pièce sombre dans l’un des quartiers de la ville.

Il essaie de se reconstruire et espère récupérer l’argent afin de s’acheter une voiture et travailler à nouveau comme chauffeur de taxi.

Il veut aussi déménager dans une meilleure zone afin que sa jeune fille puisse le visiter.

Ainsi, le Nigérian regrette de s’être diriger vers l’Europe.

« Le désert est un endroit dangereux », dit-il. « Beaucoup de personnes sont mortes sur le chemin. Personne ne devrait suivre ce chemin ».