Commonwealth d’un côté, Francophonie de l’autre : Julius Malema veut en finir et appelle à des États-Unis d’Afrique

0
458
commonwealth

Julius Malema, leader du parti du Economic Freedom Fighters (EFF), a appelé l’Afrique du Sud à se retirer du Commonwealth alors que la Première ministre britannique, Theresa May, poursuit sa tournée sur le continent Africain au Kenya.

Le leader du Economic Freedom Fighters (EFF) a rejeté la visite de Theresa May en Afrique du Sud, alors que la Première ministre britannique, Theresa May, achevait une visite dans le pays.

Julius Malema a appelé son pays à sortir du Commonwealth, organisation intergouvernementale composée de 53 États membres, qui sont pour la plupart, d’anciennes colonies britanniques.

Une émergence au milieu du XXe siècle pendant le processus de décolonisation, constitué par la Déclaration de Londres de 1949, des États membres fédérés, « libres et égaux ». Le symbole de cette organisation est la reine Élisabeth II, qui est cheffe du Commonwealth.

L’Afrique compte, dix-neuf membres, et forme le plus gros contingent de pays.

Faut-il enterrer le Commonwealth ?

Pour le chef de l’EFF, Julius Malema, la réponse est sans appel. Oui. Selon lui, le Commonwealth « est présidé par le colonisateur » et que respecter l’organisation « perpétue la suprématie blanche ».

Pour beaucoup, le Commonwealth qui fonctionne un peu de la même façon que l’Organisation Internationale de la Francophonie, résonne comme un résidu de colonialisme, qui compense l’empire colonial perdu.

Les deux entités ont longtemps été critiquées pour être des organisations post-coloniales, archaïques et ringardes, avec peu d’influence.

La Gambie sous Yahyah Jammeh a annoncé son retrait en 2013 en le décrivant comme une « institution coloniale », mais après la prise de pouvoir d’Adama Barrow en décembre 2016, le gouvernement a soumis sa candidature pour la réadmission du pays dans le Commonwealth.

Le Zimbabwe s’est également retiré de l’organisation en 2003, jusqu’à la prise de pouvoir d’Emmerson Mnangagwa.

Julius Malema s’en est aussi pris aux juges Sud-Africains et leurs perruques, qu’il considère comme une relique coloniale, « C’est à travers de petites choses que nous pouvons atteindre la liberté totale de l’Afrique du Sud ».

Cette perruque que portent les juges, c’est quoi ? Cela signifie-t-il que vous ne pouvez penser que lorsque vous portez les cheveux qui ressemblent à ceux d’un homme blanc ?

Malgré le fait, qu’après la fin de l’apartheid, l’Afrique du Sud à mis fin à l’obligation de porter des perruques.

Il a également appelé à des États-Unis d’Afrique, un continent sans frontière, une monnaie commune et une langue unique tels que le Swahili, la première langue la plus parlée du continent Africain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here