Des femmes nigérianes battues, violées en France témoignent devant le tribunal

Photo : LP / Delphine Goldsztejn

0
916
femmes

Un verdict est attendu à la fin de ce mois dans le procès de 16 membres d’un réseau majoritairement féminin de trafiquants Nigérians opérant des réseaux de prostitution forcée en France.

Les trafiquants ont été jugés la semaine dernière à Paris, faisant face à leurs accusateurs alors que les femmes trafiquées ont déclaré avoir été manipulées, battues et violées.

Les plaignants ont commencé à témoigner le 14 mai contre un groupe connu sous le nom de « Sœurs Authentiques », affirmant qu’elles avaient été victimes de trafic d’êtres humains du Nigeria, abusés et forcés à la prostitution.

Alors que huit femmes témoignent dans l’affaire, un total de 49 victimes se sont manifestées. Les accusés sont jugés pour proxénétisme et trafic d’êtres humains, crimes passibles d’une peine maximale de 10 ans.

« Il est rare que tant de femmes témoignent », a déclaré une assistante sociale de Bus De Femme, qui ne voulait pas être nommée pour des raisons de sécurité. Bus De Femme, une ONG qui fournit une gamme de services de santé et sociaux aux travailleurs du sexe à Paris, a fourni des avocats pro bono pour les victimes dans l’affaire.

Dans certains cas, les bénévoles et le personnel du groupe ont travaillé pendant des années avec les femmes pour acquérir assez de confiance pour les convaincre de témoigner.

« Ces filles sont souvent incroyablement traumatisées et terrifiées à s’exprimer », a déclaré l’assistante sociale. Les membres nigérians du personnel de Bus De Femme, dont certains sont d’anciens travailleurs du sexe, ont joué un rôle important.

Des 16 accusés, 11 sont des femmes et cinq sont des hommes. Quatre purgent actuellement une peine d’emprisonnement pour des infractions antérieures. L’accusation a allégué que l’accusé exploitait son réseau de prostitution dans plusieurs pays, dont la France, l’Italie et l’Espagne.

Au cours de la première semaine, le juge a entendu le témoignage de quatre femmes et la défense préliminaire de deux trafiquants présumés, Mark « Hilary » Irorere et son épouse Happy Irorere, qui auraient été les meneurs chargés de coordonner les affaires des femmes une fois arrivés en Europe.

Bien que les détails du témoignage de chaque victime soient différents, des éléments importants sont communs tout au long, indiquant qu’il y avait une approche systématique des opérations de traite. Les plaignants, certaines âgés de moins de 18 ans, affirment qu’avant de quitter le Nigeria, on leur avait promis des opportunités économiques en France sans rapport avec le travail du sexe.

Une plaignante a témoigné qu’on lui avait dit qu’elle travaillerait dans un nouveau restaurant exploité par l’un des accusés, une autre, qu’elle travaillerait comme nounou.

Avant de quitter le Nigeria, les femmes ont été emmenées chez des prêtres vaudous, dont certains ont utilisé la scarification corporelle dans un rituel pour « sceller » les contrats des femmes avec leurs trafiquants.

D’autres femmes ont été informées qu’elles étaient hantées par les « mauvais esprits » et qu’elles devaient payer à leurs trafiquants plus de 70 000 euros pour leur protection.

Les plaignants ont témoigné que les prêtres vaudou et leurs trafiquants les ont tous deux mis en garde de ne parler à personne des paiements. Elles seraient confrontés à une punition extrême pour avoir parlé à la police, ont-ils dit, et des membres de la famille pourraient être tués.

Il y a eu de nombreux rapports de prêtres vaudous impliqués dans les réseaux de trafic du Nigeria. Plus tôt dans l’année, l’oba du Bénin où 90% du trafic sexuel nigérian est originaire et où sont originaires la plupart des plaignants a officiellement maudit les prêtres qui y prennent part.

Au cours d’une cérémonie à laquelle tous les prêtres de la région ont dû assister, il a déclaré que tous les trafiquants dans sa juridiction seraient libérés de leurs liens vaudous et a placé une nouvelle malédiction sur tous les prêtres continuant la pratique.

Les plaignants ont témoigné qu’on leur avait donné de faux passeports et visas, qu’elles paieraient avec l’argent qu’ils gagneraient à l’avenir. Elles ont été amenés au domicile de leur future madame et y ont été maintenus sous stricte restriction, sauf lorsqu’elles étaient à la recherche de nouveaux clients.

Les femmes ont été obligées de payer pour des dépenses allant de la nourriture au logement en passant par des frais divers, totalisant des montants exorbitants bien supérieurs à ce qu’on leur avait dit au début de leur voyage.

Les plaignants ont dit qu’elles n’avaient aucune idée qu’elles seraient forcés de se prostituer jusqu’à ce que des préservatifs soient mis entre leurs mains pour leur premier quart de travail. On leur a ensuite dit les tarifs à facturer pour leurs services. La dette de chacune des 49 femmes allait de 50 à 70 000 € au moment de leur installation en France.

Pendant leur séjour au tribunal, les femmes ont détaillé les sévices physiques et sexuels qu’elles ont subis, à la fois de la part de leurs proxénètes et de leurs clients.

Certains ont dit qu’elles n’étaient pas autorisés à avoir accès à des services médicaux ou qu’elles étaient forcés de se faire avorter.

Rose Adaro, qui a dit qu’elle n’avait que 17 ans quand elle est arrivée en France, a eu les yeux bandés et a été violée quand elle a refusé de participer au travail sexuel.

Comme beaucoup de filles, Rose était vierge quand elle a été forcée dans le commerce du sexe et plus tard a éprouvé des problèmes de santé.

« Quand j’ai dit [à ma copine] que certains clients étaient mauvais pour moi et j’avais peur d’avoir le VIH, elle m’a répondu qu’elle s’en fichait », a déclaré Adaro. « Elle a dit que je pouvais mourir, mais tout ce dont elle se souciait était l’argent que je recevais d’elle. »

Ceux qui sont jugés pour trafic des plaignants du Nigeria vers la France sont accusés de différents niveaux d’implication. Certains prétendent qu’ils ont commencé en tant que victimes de la traite eux-mêmes, une situation qui peut compliquer la détermination de la peine.

Joseph Hazan, l’avocat de la défense de Rita A., 32 ans, l’un des accusés, affirme que c’est le cas de son client.

« Ma cliente était une prostituée depuis cinq ans parce que sa famille disait : « Nous ne pouvons pas manger, alors vous devez aller en Europe », a déclaré Hazan dans une interview quelques jours avant le procès. « Ils savaient par d’autres qui avaient envoyé leurs filles travailler comme travailleuses du sexe en France. »

Après cinq ans, elle est tombée enceinte et a arrêté le travail sexuel, alors la famille a envoyé deux de ses sœurs en France pour remplacer le revenu perdu, at-il expliqué. Peu de temps après, d’autres familles de Benin City lui ont demandé d’organiser des voyages pour leurs propres filles afin de la rejoindre.

« C’est comme ça qu’elle est devenue une sorte d’entreprise … elle n’est pas innocente et elle sera certainement [coupable], mais j’essaierai d’expliquer qu’elle n’est pas le patron de cette organisation », a-t-il dit.

Hazan a également affirmé que les victimes étaient complices et pleinement conscientes qu’elles venaient en Europe pour être des travailleuses du sexe. « Elles disent qu’elles ne savaient pas, mais elles savent que vous ne pouvez pas travailler en France sans papiers. Elles savent que toutes ces personnes finissent dans la rue. »

La traite des femmes hors du Nigeria et vers l’Europe a fortement augmenté ces dernières années. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a documenté une augmentation de 600% du nombre de femmes faisant l’objet d’un trafic à travers l’Italie arrivant principalement par mer à des fins d’exploitation sexuelle, 80% d’entre elles venant du Nigeria.

En 2014, l’OIM a recensé 1 454 femmes nigérianes, dont un grand nombre étaient des mineurs, arrivant en Italie, tandis que deux ans plus tard, il y en avait 11 000.

Au cours de la première semaine de témoignage, le juge a demandé aux plaignants ce qu’elles espéraient de l’affaire. Rita O., qui se trouve en France depuis sa traite en 2012, a répondu : « Pour qu’ils aillent en prison. J’avais peur avant, mais maintenant qu’ils sont déjà en détention, je me sens plus libre de parler. Je veux retrouver ma liberté et pouvoir avancer dans ma vie. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here