Flashback : La reine incontestée de la salsa, Celia Cruz live en 1974 au Zaïre de Mobutu

0
678

Née en 1925, Celia Cruz était connue pour être pionnière dans le son de la salsa et pour sa voix remarquable.

« Son humour était inégalé, même dans les chansons les plus sincères et poignantes, elle trouverait de la place pour improviser une punchline », déclarait Marvette Perez.

Dans cette performance de la BBC Arena de 1998, elle s’adresse au public, « Si votre mari vous frappe, assurez-vous de le frapper. Si vous ne pouvez pas le faire avec votre main, le frapper avec la poêle ».

Dans les Amériques, la musique, la danse et les pratiques religieuses Africaines ont longtemps été interdites ou condamnées comme étant la base, la vulgarité et même le mal.

Dans sa musique, ses paroles et sa tenue, Cruz s’inspire des éléments de la culture cubaine enracinés dans les survivances culturelles africaines.

Elle a souvent chanté à propos de Shango et a tiré ses paroles des cérémonies Santeria (voir son hit Quimbara ci-dessus).

Ses robes flamboyantes étaient du pur syncrétisme caribéen : en partie coloniales espagnoles, en partie Afro-cubaines, elles étaient calquées sur un style appelé bata Cubana porté par les danseurs de rumba. Même son cri bien connu ¡Azucar! peut être interprété comme un clin d’œil à ses ancêtres asservis qui récoltaient du sucre pour produire des délices européens.

En 1974, Cruz faisait partie d’un groupe d’artistes dont BB King, James Brown et Miriam Makeba qui se produisait à Kinshasa aux côtés de grands groupes Zaïrois T.P.O.K. Jazz et Tabu Ley Rochereau.

La performance faisait partie d’un festival de trois jours appelé Zaïre ’74, conçu par le trompettiste sud-africain Hugh Masekela et son producteur Stewart Levine, qui avait eu l’idée d’un festival de musique précédant le match de boxe entre le champion en titre George Foreman et Muhammad Ali.

Don King marche avec le président Zaïrois Mobutu Sese Seku et Muhammad Ali lors d’une réception au complexe présidentiel le 28 octobre 1974, avant le combat Rumble In The Jungle entre Ali et George Foreman à Kinshasa, au Zaïre / Photo : Neil Leifer

Alors que l’événement n’avait pas de politique spécifique, le courant de la politique de libération des noirs devait être fort avec l’implication d’Ali, Makeba et Masekela.

Le combat devait se tenir au Zaïre sous le nom douteux de « Rumble In The Jungle » et subventionné par le président Mobutu Sese Seko (ou plutôt le peuple zaïrois) dans le cadre de son plan visant à placer le pays à la tête du monde noir.

En dépit de cet engagement à forger des liens noirs de l’Atlantique, Mobutu a précisé que les musiciens devraient chanter pour leur souper. Ils ont finalement trouvé de l’argent via les banquiers libériens, seulement pour que le désastre frappe quand Foreman a dû se retirer du combat en raison d’une blessure.

Le combat a été retardé de six semaines mais le spectacle a continué, et les promoteurs se sont réconciliés avec un public Zaïrois.

Mis à part les revers, le Zaïre ’74 a connu un énorme succès, comme en témoignent les quantités abondantes de films recueillis dans le documentaire « Soul Power ».

Ci-dessous, vous pouvez regarder Celia Cruz et Fania All Stars, une performance fulgurante devant une foule de 80 000 personnes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here