Il frappe une femme enceinte après avoir été harcelé et insulté de « k*ffir »

0
1167

L’homme qui aurait agressé une femme enceinte à l’extérieur d’un parking du centre commercial, a été insulté de « k*ffir ».

Roméo Makhubela, PDG de Novare Actuaries and Consultants, a été suspendu de son entreprise après avoir été filmé en train de frapper une femme enceinte, plus tard identifiée comme Bianca Fourie, au centre commercial Featherbrooke Village à Ruimsig, Johannesburg, Afrique du Sud.

Makhubela affirme que Fourie a utilisé des insultes racistes contre lui dans un parking avant l’incident.

Il a dit qu’il était au centre commercial avec ses deux fils pour avoir quelque chose à manger chez Steers.

Selon lui, l’altercation avec Fourie a commencé quand elle a bloqué plusieurs voitures, suivi de l’agacement des automobilistes derrière elle.

C’est à ce moment-là qu’une confrontation a éclaté entre la femme et les occupants d’une voiture devant Makhubela, a-t-il dit.

Pendant cette période, la femme a lancé des insultes aux occupants noirs de cette voiture. Après le stationnement, j’ai commis une erreur quand j’ai confronté la femme et lui ai demandé comment elle pouvait lancer de telles insultes devant les enfants […] Ce à quoi je n’étais pas complètement préparé, c’est qu’elle allait tourner sa rage contre moi avec une multitudes d’insultes raciales. Au début, j’étais déconcertée mais, quand elle m’insultait sans cesse de « k*ffir » devant mes enfants. La femme nous a suivi à Steers, où je l’ai giflé.

« Quand j’ai réalisé que cet argument ne s’arrêtait pas, j’ai dit à mes enfants que nous devions partir, et nous achèterons de la nourriture ailleurs », a déclaré Makhubela.

Il s’est excusé auprès de ses enfants après avoir été témoin de quelque chose qui était « hors de caractère » pour quelqu’un comme lui.

Plus tard, il a déposé ses enfants à la maison et a porter plainte au poste de police de Honeydew.

Il a également déposé une plainte pour racisme devant la Cour d’égalité.

Makhubela a déclaré qu’il était prêt à assumer l’entière responsabilité de ses actes mais qu’il n’abandonnerait pas l’affaire.

Ce que je ne suis pas prêt à faire, c’est de la laisser s’en sortir en m’appelant « k*ffir » et toutes ces autres insultes racistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here