Jair Bolsonaro, un candidat négationniste à la présidentielle au Brésil : « Les Portugais n’ont jamais mis les pieds en Afrique »

0
3186
jair bolsonaro
Le député fédéral Jair Bolsonaro du Parti pour le socialisme et la libération (PSL), candidat à l'élection présidentielle brésilienne à Brasilia, Brésil Juillet 4, 2018 / Photo : REUTERS / Adriano Machado

Jair Bolsonaro, candidat à l’élection présidentielle de droite, a demandé : « Quelle dette dois-je ? Je n’ai jamais asservi personne dans ma vie ».

Jair Bolsonaro, député et membre de l’extrême droite brésilienne, a déclaré à la chaîne de télévision « Roda Viva » que les marchands d’esclaves portugais « n’ont jamais mis les pieds en Afrique » et que ce sont les Noirs eux-mêmes qui se sont livrés à la traite négrière transatlantique.

« Si nous disions la vérité sur l’histoire, les Portugais n’ont jamais mis les pieds en Afrique », a déclaré Bolsonaro. « Ce sont les Noirs eux-mêmes qui ont livré des esclaves. »

Bolsonaro, membre du Congrès de l’État de Rio de Janeiro, a demandé : « Quelle dette dois-je ? Je n’ai jamais asservi personne dans ma vie. Est-il juste que ma fille soit une récipiendaire d’action positive ? Une personne noire n’est pas meilleure que moi et je ne suis pas meilleur qu’une personne noire. »

Il a poursuivi en disant que si il était élu président, il proposerait au Congrès de réduire le pourcentage de bénéficiaires de l’action affirmative des universités désignés pour les descendants d’Africains et les peuples autochtones.

Bolsonaro a également proposé de rétablir le régime militaire et aurait déclaré que le dictateur chilien Augusto Pinochet « aurait dû tuer plus de monde ».

Lors d’une récente interview avec NPR, il a déclaré au journaliste que la dictature était « très bonne » parce qu’elle « empêchait le Brésil de tomber sous le joug de l’Union soviétique ».

Parmi les autres commentaires qui ont suscité des critiques, incluent « les femmes devraient gagner moins parce qu’elles tombent enceintes », que les habitants des communautés Afro-brésiliennes qui ont résisté à l’esclavage – connus sous le nom de quilombos – ne sont même plus « bons pour la reproduction » et qu’il serait « incapable d’aimer un fils homosexuel ».

Officiellement désigné par son parti pour la présidentielle d’octobre au Brésil, Jair Bolsonaro, arriverait en tête des sondages dans l’optique où l’ancien président Lula ne pourrait pas se représenter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here