« Je paie mon loyer en couchant avec des hommes mariés » – Moesha Boduong

0
5757

L’actrice, Moesha Boduong a été vivement critiquée par ses concitoyens après une interview qu’elle a eue avec Amanpour de CNN.

Moesha Boduong a fait cette révélation à la journaliste primée de CNN, Christine Amanpour, sur un épisode de « Sex and Love Around the World ».

Elle soutient qu’elle finance son mode de vie « ostentatoire » grâce à de telles activités, car les emplois intérimaires ne sont pas vraiment payants.

Quand vous voulez obtenir un appartement, au Ghana vous payez deux ans à l’avance et je viens de commencer à travailler, où vais-je prendre l’argent.

Elle a aussi blâmé certains de ses choix de mode de vie sur l’économie ghanéenne. Elle affirme que l’économie ne se porte pas bien pour soutenir le travail acharné, donc la nécessité de faire d’autres « affaires » à côté.

Selon Boduong l’économie au Ghana a rendu de nombreuses femmes dépendantes des hommes pour leur entretien.

Les conditions économiques au Ghana seraient telles que les femmes non mariées comme elle sont obligées de sortir avec des hommes mariés uniquement pour survivre.

« Notre économie est telle que vous avez juste besoin de quelqu’un pour prendre soin de vous. Vous ne pouvez pas gagner assez d’argent en tant que femme ici », a-t-elle dit.

Christine Amanpour a sondé plus pour savoir pourquoi elle s’engage ouvertement dans de telles activités. Et Boduong a révélé : « Il s’attend à ce que je sois loyal et juste pour sortir seulement et lui donner du sexe quand il veut. Vous ne pouvez pas dire non, vous devez lui donner ce qu’il veut sinon il va penser tu le trompes. »

« Il peut se permettre de prendre soin de toi, il prend soin de moi, de mes affaires financières, de mon appartement, de ma voiture, de mon loyer, de tout », a t-elle révélé.

Boduong a attiré les critiques et les insultes d’une majorité de Ghanéens qui ont estimé que sa déclaration est déplacée et irrespectueuse envers les femmes Ghanéennes travailleuses qui n’ont pas à coucher avec les hommes pour joindre les deux bouts.

Beaucoup ont estimé que, dans la mesure où elle avait droit à son mode de vie privé, elle n’avait pas le droit de faire une déclaration généralisée sur une telle plate-forme internationale pour dénigrer les femmes Ghanéennes.

Vu les proportions que l’incident a pris, le ministère du Genre, de l’Enfance et de la Protection sociale (MoGCSP), Otiko Afisah Djaba, est intervenue et a condamné et dissocié les femmes Ghanéennes des déclarations imprudentes faites par Moesha Boduong sur un média occidental tel que CNN.

Otiko Afisah Djaba a mis en garde et recadré Boduong dans un communiqué publié sur les réseaux;

Mme. Moesha Boduong a le droit de discuter de son style de vie sur n’importe quelle plateforme, mais elle ne représente pas les multitudes de femmes Ghanéennes travaillant durement entre 10 et 18 heures par jour dans les champs, les marchés et les bureaux du Ghana, trouver un toit pour leurs enfants et guider leurs familles à travers la turbulence de la vie à la vision extraordinaire de « A Ghana Beyond Aid », qui est à notre portée.

Enfin, nous souhaitons mettre en garde les actrices et les personnalités affamés de publicité, alors qu’ils ont le droit de se livrer à l’infamie et à l’autodérision, ils n’ont aucun droit de traîner les femmes Ghanéennes honnêtes et travailleuses dans leur obsession destructrice de la notoriété et de l’infamie à n’importe quel prix.

Le Ghana est un pays respectable avec un grand héritage et des citoyens fiers. Si un Ghanéen ne peut pas soulever le drapeau du Ghana, le moins qu’il puisse faire est de ne pas salir l’image ni de salir la réputation de notre patrie.

Moesha, qui avait au début repoussé les critiques et a déclaré que les gens étaient hypocrite, a maintenant posté sur Instagram des excuses aux femmes Ghanéennes, disant qu’elle ne voulait pas généraliser ses affirmations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here