« Kabila n’a pas écouté nos appels du 21 janvier, nous organisons les groupes armés pour l’enlever »

0
351
armés joseph kabila rdc botswana

La République Démocratique du Congo est confrontée à une violence accrue alors qu’il devient clair que les élections prévues pour décembre sont peu probables.

Environ 3 500 congolais fuyant la violence sont arrivés au Burundi en milieu de semaine et s’installent à Rumonge et dans d’autres provinces de la campagne.

Joseph Kabila avait déclaré au monde que le pays organiserait les élections, différées de deux ans, le 23 décembre 2018. Cependant, le président de la Commission électorale nationale indépendante Corneille Nangaa a annoncé qu’il ne serait pas possible de tenir des élections avant 2023.

Les groupes d’opposition disent que Kabila, qui était constitutionnellement censé quitter ses fonctions en décembre 2016, doit partir le plus tôt possible parce que son maintien en poste était une recette pour la violence et l’instabilité.

Dernier appel

Les représentants des groupes d’opposition ont déclaré que la manifestation organisée le 21 janvier par l’Eglise catholique serait le dernier appel au départ de Kabila, après quoi ils envisageraient d’autres options.

Il y a environ 150 groupes armés au Congo, principalement à l’est.

« Depuis que Kabila n’a pas écouté nos appels lors des manifestations du 21 janvier, nous organisons maintenant tous les groupes armés pour l’enlever parce qu’il n’a pas respecté la limite de mandat constitutionnelle. Nous lui avons donné une année de plus pour organiser des élections, mais il n’a rien fait « , a déclaré David Mialano Tangania, un leader de l’opposition vivant en exil au Kenya.

Tangania a déclaré que Kabila avait ignoré toutes les instances pour lui offrir une sortie honorable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here