« Katie Meyler à permis aux filles de se faire violées » : Une pétition contre l’ONG More Than Me au Liberia

0
2770
meyler

Une ONG américaine opérant au Liberia a présenté ses excuses samedi pour les viols de jeunes filles dans une école qu’elle dirigeait, où celles-ci étaient censées échapper à une vie d’exploitation sexuelle.

L’enquête menée par ProPublica, « Unprotected« , a dévoilé les violences sexuelles commises par More Than Me (MTM), une ONG américaine qui gère 19 écoles au Liberia. La fondatrice de l’ONG, Katie Meyler, et le conseil d’administration de MTM ont déployé des efforts considérables pour dissimuler le scandale. L’ONG et des représentants du gouvernement de Ellen Johson Sirleaf ont tenté d’influencer le procès du violeur accusé, Macintosh Johnson.

MTM a été fondée en 2009 par Katie Meyler pour aider les filles de la rue à aller à l’école, mais cette enquête longue d’une année menée en collaboration avec Time Magazine, a révélé que les filles avaient été violées dès le début. L’homme à l’origine, était décrit comme le cofondateur de l’ONG, un ex-combattant, et prédateur sexuel nommé Macintosh Johnson, avec lequel Katie Meyler entretenait une relation amoureuse.

Macintosh Johnson donne à Katie Meyler une visite de West Point, un quartier de Monrovia, capitale du Liberia, en septembre 2007 / Photo : Cires Alonso Adolfo

Katie Meyler a ensuite recruté des filles issues de familles démunies appartenant principalement à des communautés socialement défavorisées, notamment West Point, avec des promesses d’éducation gratuite.

Dans le cadre du programme, des jeunes filles de 10 ans ont été victimes de viols et d’autres formes d’abus sexuels par le cofondateur de l’ONG, aujourd’hui décédé du sida.

Katie Meyler doit-elle être poursuivie ?

Selon certains témoignages, Meyler, était consciente du fait que son cofondateur, et amant était un prédateur sexuel. Elle n’a rien fait pour protéger les filles de Johnson, et elle n’a pas signalé le problème à la police.

Au lieu de cela, elle aurait tenté de dissimuler l’affaire jusqu’à ce que ProPublica l’expose, et que certaines filles se présentent à la police, ce qui a finalement conduit à un procès en justice contre Johnson pour viol.

Mais le mal est déjà fait. Un certain nombre de filles auraient contracté le VIH à la suite d’abus sexuels avec Johnson qui, selon les rapports, serait décédée des suites de la maladie.

Une fille aurait dit aux autorités que Johnson se rendrait chez elle, disant à sa famille qu’elle avait besoin de photos promotionnelles et d’entretiens. Parfois c’était vrai. D’autres fois, elle a dit qu’il la violait. Elle dirait que cela a commencé quand elle n’avait que 10 ans.

Selon les témoignages, Macintosh Johnson les a violées « sur la plage, parmi les canoës, ou chez lui avec le panneau More Than Me à l’extérieur, qu’il les a alignés, l’un regardant la porte, l’autre regardant du porno sur son téléphone, attendant. Parfois, par la suite, il leur donnait de l’argent d’une valeur d’environ un dollar. »

Photo de filles avec Meyler, partagée par Johnson / Macintosh Johnson / Facebook, September 201

Certains à West Point savaient ce qui se passait, mais Johnson était bien aimé et considéré, ayant apporté Katie Meyler et son argent à la communauté. Une fille a déclaré aux autorités que sa tante l’avait surpris en train de la violer, elle lui a crier dessus, mais elle n’a rien fait d’autre.

Johnson avait des relations sexuelles avec sa tante aussi. « Ma tante se comportait pour les entreprises Macintosh. »

L’ex de Johnson a confirmé à ProPublica qu’elle l’avait surpris en train d’abuser sexuellement des enfants, avant de commencer à travailler avec MTM. Une fois, elle le trouva dans sa chambre avec une petite fille. Elle a dit que chaque fois qu’elle essayait de le dire aux gens, Johnson la suppliait ou la battait. Elle l’a finalement quitté en 2009 parce qu’il avait mis enceinte une jeune fille de 14 ans qui vivait avec elles. Elle a dit qu’elle était inquiète pour le bien-être des autres filles lorsqu’elle a entendu dire qu’il dirigeait la bourse d’études de Meyler, mais également heureuse, « car je sais par son intermédiaire que mes enfants en bénéficieront ».

Malgré cela, en 2011, elle a donné à Meyler ce qui aurait pu être un indice. Meyler lui avait demandé pourquoi Johnson et elle avaient rompu. « Je lui ai dit qu’il aimait les enfants », a déclaré l’ex à la responsable de MTM.

Meyler a confié à ProPublica que l’ex avait déclaré : « Quelque chose du genre : Il passe trop de temps avec les enfants » et « a mentionné que l’un des étudiants était même à la maison. Quelque chose dans la façon dont elle a dit que ça me mettait mal à l’aise, mais ce n’était jamais explicite.

Meyler a déclaré qu’elle ne se souvenait pas si elle avait interrogé directement Johnson au sujet de la maltraitance d’enfants, mais elle a dit qu’elle lui avait posé des questions lorsqu’il l’avait interviewé pour son travail, « pour s’assurer qu’il était comme une bonne personne ».

Warren, qui accompagnait Meyler pour son film, a déclaré qu’il avait enregistré une confrontation entre Meyler et Johnson. « Nous avions entendu des rumeurs. Je crois que c’était de son ex-femme. Qu’elle a dit qu’il aimait les petites filles. Nous l’avons confronté. Nous l’avons assis. … Il a juré que ce n’était pas vrai. »

Meyler dit qu’elle a posé la même question à l’ex de Johson, en privé et plus spécifiquement cette fois, l’ex lui a assuré qu’il « aide les enfants, c’est un homme formidable », a déclaré Meyler. Elle a également demandé à trois étudiants « si Macintosh était bon ou pas bon, et ils m’ont tous dit qu’il était comme un grand frère et les ont bien traités ».

Les victimes de Johnson ont déclaré aux autorités qu’il avait menacé de leur retirer leurs bourses ou même de les tuer si elles l’exposaient.

Une des filles a confié à ProPublica que ses amis et elle-même ont dit à Meyler, mais elle a dit qu’elle était toujours occupée, Johnson était presque toujours là et « je ne pense pas que même si je venais à lui dire, elle viendrait me croire. » Elle a expliqué que si vous êtes amoureux, « même si une personne dit quelque chose de mauvais, vous ne le croirez pas. »

Une pétition contre l’ONG

Saki Golafale a lancé une pétition en ligne, Justice for raped and HIV infected girls : Katie Meyler allowed girls to be raped, contre l’ONG, et « à traduire en justice Katie Meyler et les dirigeants de son organisation afin de sauver une génération de filles ».

L’ONG avait levé plus de 8 millions de dollars de fonds, et avait aussi reçu le soutien de la présidente du Liberia à l’époque, Ellen Johnson Sirleaf, également Prix Nobel de la Paix.

« Katie et son conseil d’administration ont recueilli des millions de dollars uniquement pour protéger leur organisation, More Than Me, tout en laissant nos filles sans protection », clame cette pétition.

En ligne, la pétition contre l’ONG a obtenu plus de 4 000 signatures ce lundi matin.

Le nouveau président du Liberia, George Weah n’a toujours pas fait de commentaires. Un membre du ministère a déclaré que l’accréditation de More Than Me avait expiré en avril de cette année, mais qu’il ne fournirait aucune preuve ni ne consignerait au dossier pour confirmer cette affirmation.

Dans une longue déclaration publiée aujourd’hui sur le site, l’ONG a présenté ses excuses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here