La Namibie versera jusqu’à 8 000 dollars aux familles des victimes tuées par des hippopotames et des crocodiles

Photo : NNDC

0
316
dollars

Les familles des personnes tuées par les animaux sauvages recevront une compensation de 100 000 dollars namibiens du Ministère de l’environnement et du tourisme, conformément à la politique révisée sur les conflits entre l’homme et la faune.

Cela a été révélé par le Ministre de l’environnement et du tourisme, Bernadette Jagger, à l’Assemblée nationale jeudi.

Cependant, Jagger a rapidement noté que la compensation de 100 000 dollars namibiens n’équivalait pas nécessairement à la valeur de la vie humaine.

« La valeur de la vie d’une personne ne peut être évaluée en termes monétaires. La vie est juste la vie, et nous sommes tous égaux devant Dieu », a-t-elle dit, avant d’ajouter que l’argent vise à aider la famille d’une victime avec des frais funéraires, et à se rétablir.

Jagger a déclaré que l’intention de la politique est également de ne pas payer pour la valeur exacte du bétail ou des cultures perdues, mais « de compenser les pertes causées aux communautés ou aux agriculteurs ».

Les statistiques fournies par la Ministre ont montré que 930 animaux ont été tués par des animaux sauvages en 2016, tandis que 1 421 ont été tués l’année dernière. Jusqu’à présent cette année, 187 animaux ont été tués par des animaux sauvages.

En outre, neuf personnes ont été tuées par des animaux sauvages en 2016 et six en 2017. Jusqu’à présent, quatre personnes ont été tuées en 2018.

Lors des derniers incidents de la semaine dernière, une femme de 28 ans et son bébé sont morts dans une attaque de crocodile à Kavango Est, alors qu’un homme de 45 ans a été attaqué et tué par un hippopotame dans la région de Zambezi.

Jagger a dit qu’il est pénible pour le ministère quand quelqu’un meurt dans de telles attaques, d’autant plus que beaucoup d’incidents peuvent être évités ou gérés.

Elle a dit que la majorité des victimes du conflit homme-faune sont tuées par des crocodiles en nageant ou en lavant des vêtements.

« Ce sont des incidents qui peuvent être évités », a-t-elle ajouté.

La politique prévoit également la mise en place et la mise en œuvre de solutions techniques pour atténuer les conflits homme-faune.

La politique sur les conflits humains-faune a été élaborée après un atelier consultatif organisé par le ministère, où le comité parlementaire sur les ressources naturelles était également présent en février 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here