Le Nigeria lance le premier registre des délinquants sexuels

0
43
nigeria délinquants sexuels
Lagos, la plus grande ville du Nigeria. Fivepointsix/Getty Images

La liste sera visible au public et permettra aux écoles et aux hôpitaux de vérifier leurs antécédents.

Le premier registre des délinquants sexuels du Nigeria est considéré comme une étape essentielle dans la lutte contre les cas signalés d’abus sexuels dans un pays ou les cas signalés sont rares.

Le registre en ligne accessible au public des personnes poursuivies pour violences sexuelles depuis 2015 permettra aux organismes publics et aux autorités de police de procéder à une vérification des antécédents et d’identifier les récidivistes.

L’Agence nationale du Nigéria pour l’interdiction de la traite des personnes, ainsi que 15 organisations non gouvernementales soutenues par le British Council, suivront de près les cas d’abus sexuels signalés et fourniront des mises à jour mensuelles au registre en ligne.

« C’est la première du genre au Nigeria », a déclaré Beatrice Jedy-Agba, secrétaire de l’agence. « Cela permet à des organismes tels que les écoles [et] les hôpitaux de procéder à une vérification des antécédents et permettra de dissuader les délinquants sexuels, car ils sauront que leurs noms seront publiés, ce qui affectera leur emploi et leur rôle dans la société. »

À Lagos, l’un des deux seuls des 36 États du Nigeria à avoir documenté des agresseurs sexuels, le groupe le plus fréquemment agressé est celui des enfants, dont beaucoup sont maltraités par des proches ou des amis de la famille qu’ils connaissent, selon les autorités policières.

La police et des groupes de soutien ont déclaré que le nombre de cas signalés dans le pays le plus peuplé d’Afrique avait augmenté rapidement ces dernières années.

Alors que le nombre de cas a augmenté, des défaillances du système de justice pénale ont laissé tomber des victimes, dont beaucoup font état de stigmatisation par les autorités, de relations avec leurs agresseurs présumés et d’une faible probabilité de poursuites.

En vertu du nouveau système, les centres de référence en matière de sexualité gérés par des ONG seront en mesure de consigner dans le registre les données recueillies sur les incidents enregistrés, ce qui renforcera les cas pendant les poursuites.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here