Les familles noires Tawergha de la Libye se voient interdire de rentrer chez elles

Les familles noires déplacées de la ville libyenne de Tawergha après avoir été chassées par les milices / Photo : TRTWorld

0
1652
tawergha

La minorité noire de la Libye a été chassé de leur ville par les milices à la suite du soulèvement en 2011.

Tawergha est une ville libyenne qui se situe à une quarantaine de kilomètres au sud de Misrata. La ville s’est vidée de ses 30 000 habitants. Une population, libyenne, quasi exclusivement noire.

Les familles qui vivent dans des camps et des logements de fortune à travers la Libye, ont été menacés et extorqués alors qu’ils se rendaient dans leur ville natale jeudi, selon un communiqué de la UNSMIL.

Le gouvernement libyen basé à Tripoli a déclaré que les familles de Tawergha pourraient retourner dans leur ville natale en février après un accord de réconciliation avec des représentants de Tawergha et de la ville de Misrata.

Les milices, principalement de Misrata, ont chassé ses résidents noirs. La ville a depuis été une ville fantôme.

Emad Argeea, a déclaré que les miliciens de Misrata lui avaient interdit, ainsi que d’autres, de retourner dans leur ville natale et ils se sont dirigés vers la ville de Bani.

Les médias locaux ont rapporté que les Tawergha, qui devaient rentrer le 1er février en vertu d’un accord avec Misrata voisin, ont été empêchés d’entrer par les milices qui ont tiré en l’air et ont fait sauter des voitures.

Dimanche un camp de fortune nouvellement installé pour les Tawergha dans la zone de Garart Al-Gatef entre Bani Walid et Tawergha a été attaqué.

Des hommes armés conduisant des véhicules armés ont fait irruption dans le camp et ont tiré des coups de feu en l’air, volant une ambulance de l’hôpital Bani Walid à leur sortie.

Les hommes armés sont entrés avec leurs véhicules à l’intérieur du camp et certaines personnes ont essayé de les arrêter, en jetant des pierres sur les véhicules, les tireurs ont commencé à tirer et à incendier les tentes. certains ont fui la zone.

Les déplacés Tawergha de l’est et du sud de la Libye ont installé un camp de fortune dans la zone de Garart Al-Gatef après leur retour, malgré le fait que la municipalité de Bani Walid ait essayé de fournir une résidence aux familles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here