L’interview du dernier captif survivant du dernier navire négrier dans les années 1930

0
174
captif
Photo: Erik Overbey Collection, The Doy Leale McCall Rare Book and Manuscript Library, University of South Alabama

Environ 60 ans après l’abolition de l’esclavage, l’anthropologue Zora Neale Hurston a établi un lien incroyable : elle a localisé le dernier captif survivant du dernier navire négrier qui à amener des Africains aux États-Unis.

Hurston, une figure connue de la Renaissance de Harlem qui écrira plus tard le roman Their Eyes Were Watching God, a mené des entrevues avec le survivant, mais a lutté pour les publier comme un livre au début des années 1930. En fait, ils ne sont maintenant publiés que dans un livre intitulé « Barracoon: The Story of the Last Black Cargo ».

Le livre de Hurston raconte l’histoire de Cudjo Lewis, qui est né dans ce qui est maintenant le pays ouest-africain du Bénin. Initialement nommé Kossula, il n’avait que 19 ans lorsqu’il a été capturé et emmené à la côte. Là, lui et environ 120 autres ont été vendus en esclavage et entassés sur le Clotilda, le dernier bateau négrier à atteindre les Etats-Unis.

Le Clotilda a amené ses captifs en Alabama en 1860, juste un an avant le déclenchement de la guerre civile. Même si l’esclavage était légal à l’époque aux États-Unis, la traite internationale des esclaves ne l’était pas depuis plus de 50 ans. Avec beaucoup de nations européennes, les États-Unis avaient interdit la pratique en 1807, mais le voyage de Lewis est un exemple de la façon dont les marchands d’esclaves ont contourner la loi pour continuer à apporter du fret humain.

Pour éviter d’être repéré, les ravisseurs de Lewis le firent entrer dans l’Alabama avec les autres captifs et les firent se cacher dans un marécage pendant plusieurs jours.

Pour cacher la preuve de leur crime, le voilier de 86 pieds a ensuite été incendié sur les rives du Delta de Mobile-Tensaw (ses restes pourraient avoir été découverts en janvier 2018).

Plus poignant, le récit de Lewis fournit un compte-rendu de première main du traumatisme désorientant de l’esclavage. Après avoir été enlevé de chez lui, Lewis a été forcé à monter sur un bateau avec des étrangers. Les captifs ont passé plusieurs mois ensemble pendant le passage dangereux vers les États-Unis, mais ils ont ensuite été séparés en Alabama pour se rendre dans différentes plantations.

« Nous sommes vraiment désolés d’être séparés de l’un de l’autre », a déclaré Lewis à Hurston. « Depuis soixante-dix jours nous traversons l’eau de Africa, et maintenant ils nous séparent l’un de l’autre. Donc nous pleurons. Notre chagrin est si lourd que nous le supportons pas. Je pense que peut-être je meurs dans mon sommeil quand je rêve de ma maman. » 

Lewis décrit aussi ce que c’était d’arriver dans une plantation où personne ne parlait sa langue, et pouvait lui expliquer où il était ou ce qui se passait. « Nous ne savons pas pourquoi nous venons de notre pays pour travailler comme cela », a-t-il déclaré à Hurston.

« Tout le monde nous regarde étrangement. Nous voulons parler avec les autres gens de couleur, mais ils ne savent pas exactement ce que nous disons. » En ce qui concerne la guerre civile, Lewis a dit qu’il n’était pas au courant quand il a commencé. Mais à mi-chemin, il a commencé à entendre que le Nord avait commencé une guerre pour libérer les esclaves comme lui. Quelques jours après la capitulation du général confédéré Robert E. Lee en avril 1865, Lewis dit qu’un groupe de soldats de l’Union s’est arrêté à bord d’un bateau sur lequel lui et d’autres personnes asservies travaillaient et leur a dit qu’ils étaient libres.

Lewis s’attendait à recevoir une compensation pour avoir été kidnappé et forcé à l’esclavage, et était fâché de découvrir que l’émancipation ne venait pas avec la promesse de « quarante acres et une mule », ou tout autre type de réparations. Frustré par le refus du gouvernement de lui fournir des terres pour survivre après l’avoir volé loin de sa patrie, lui et un groupe de 31 autres personnes libres ont économisé de l’argent pour acheter des terres près de la capitale de l’État, appelée Africatown.

L’utilisation par Hurston du dialogue vernaculaire tant dans ses romans que dans ses interviews anthropologiques était souvent controversée, comme certains penseurs noirs américains de l’époque soutenaient que cela a joué sur des caricatures noires dans l’esprit des blancs. Hurston n’était pas d’accord et refusa de changer le dialecte de Lewis, ce qui était l’une des raisons pour lesquelles un éditeur avait refusé son manuscrit dans les années 1930.

Plusieurs décennies plus tard, sa position de principe signifie que les lecteurs modernes auront l’occasion d’entendre l’histoire de Lewis comme il l’a dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here