L’interview glaçante de Katie Meyler quelques heures avant la parution du rapport ProPublica

0
2313
meyler

L’enquête menée par ProPublica, « Unprotected », a dévoilé les violences sexuelles commises par More Than Me (MTM), une ONG américaine qui gère 19 écoles au Liberia.

Le rapport de ProPublica, « Unprotected » , a révélé plusieurs cas d’abus sexuels commis par un haut responsable de l’ONG, créée pour les protéger de l’exploitation sexuelle. Bien qu’elle ait été informé des abus sexuels commis à l’école, Katie Meyler et les responsables de l’ONG aurait tout fait pour dissimulé les crimes.

Quelques heures avant la parution du rapport, Katie Meyler, qui avait été informé par ProPublica du contenu de son récit a été reçu dans une émission de radio au Liberia avec l’animateur Henry Costa.

Costa a ensuite interrogé Meyler à propos de « cet incident malheureux … dans lequel l’un de vos collaborateurs était impliqué …  il y a eu des rapports sexuelles malheureux avec l’une des filles. Et vous avez pris les choses en main, vous avez pris les devants et informer les autorités. », poursuit Costa. « Il semble que certaines personnes ne veulent pas lâcher l’affaire. Maintenant, il y a ce rapport là-bas, un type a apparemment réalisé un documentaire, dans le but de tirer profit de celui-ci, et il tente de l’exploiter, et il déforme les faits. »

« Oui, » dit Meyler.

« Que faites-vous de cela ? », demande Costa. « Pourquoi ne veulent-ils pas laisser passer ça ? »

« Costa, si tu pouvais peut-être l’amener à l’émission et lui demander. Ce serait très utile. Je n’en ai aucune idée », a déclaré Meyler. « C’est le 12 juin 2014 que j’ai été alerté de l’abus. L’auteur était en prison le 16 juin et il n’a plus jamais marché dans la rue. Et ils ne veulent pas lâcher l’affaire ».

A la fin de l’émission, Meyler a répété la seule erreur qu’elle avait reconnue à ProPublica, à savoir qu’elle était désolée d’avoir embauché Johnson.

L’interview contraste avec la déclaration officielle de l’ONG, qui a été publié sur son site le lendemain, « Nous sommes profondément désolés. À toutes les filles qui ont été violées par Macintosh Johnson en 2014 et avant : nous vous avons échoué. Nous avons donné à Johnson le pouvoir qu’il a exploité pour maltraiter des enfants. Cette dynamique de pouvoir a empêché le personnel de signaler immédiatement les abus à nos dirigeants. Nos dirigeants auraient dû reconnaître les signes plus tôt et nous avons et continuerons à utiliser des programmes de formation et de sensibilisation afin que nous ne manquions plus cela. »

La fondatrice de l’ONG More Than Me a démissionné provisoirement après la publication du rapport. Dans un communiqué publié dimanche, Katie Meyler a annoncé la « décision de quitter temporairement le poste de présidente pendant le déroulement de l’enquête ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here