Mathew Knowles : « Beyonce et Solange ne seraient pas aussi célèbres si elles avaient une peau plus foncée »

0
1698
mathew knowles

Le père de Beyonce, Mathew Knowles, a parlé du colorisme dans l’industrie musicale.

Dans une récente interview avec Ebony, Mathew Knowles, a parlé du colorisme dans l’industrie musicale, disant que sa fille Beyonce et sa sœur Solange ne seraient pas aussi célèbres si elles avaient la peau plus foncée.

Les plus grandes stars féminines noires avaient toutes une peau claire.

En ce qui concerne les femmes noires, quelles sont les personnes qui voient leur musique le plus jouer à la radio ? Mariah Carey, Rihanna, Nicki Minaj, mes enfants Beyonce et Solange.

Mathew Knowles qui est professeur d’université a publié un nouveau livre sur les relations raciales, intitulé Racism: From the Eyes of a Child (Racisme : Des Yeux D’un Enfant).

Dans son interview, l’homme de 66 ans a également abordé ses propres attitudes profondément enracinées sur la couleur de la peau, en disant que quand il a rencontré la mère de Beyonce, son ex-femme de 31 ans, il a supposé qu’elle était blanche.

Le dernier livre de Mathew Knowles, traite des relations raciales du point de vue d’un jeune homme qui grandit dans les profondeurs du Sud, le professeur du Texas du Sud ayant témoigné du racisme le plus flagrant dans l’histoire américaine.

Il a dit que sa préférence pour les femmes blanches ou à la peau claire était ancrée dans son enfance en Alabama, ou il a grandi avec le racisme intériorisé de sa mère.

Quand j’étais jeune, ma mère disait, n’amène jamais de fille noire au cheveux crépus dans ma maison. Dans le sud profond des années 50, 60 et 70, la teinte de votre peau noire était considérée comme importante. Alors j’ai malheureusement grandi en entendant ce message.

Et cela a eu un effet durable, « Je fréquentais principalement des femmes blanches ou des femmes noires au teint clair … J’avais été conditionnée dès l’enfance ».

« Avec une rage érotisée, il y avait de la rage réelle en moi en tant qu’homme noir, et j’ai vu la femme blanche comme un moyen, inconsciemment, d’être au meme niveau ou de se venger. Il y a beaucoup d’hommes noirs de mon époque qui ne sont pas au courant de ça », a déclaré Knowles.

Interview complète

Comment le fait d’affronter un racisme flagrant et intense en tant qu’enfant a-t-il influé sur la façon dont vous avez interagi avec les autres en grandissant ?

Il s’agissait de coexister. J’ai grandi dans une petite ville et je n’ai jamais fréquenté une école noire. Je suis allé à l’école catholique avec des religieuses blanches jusqu’à la huitième année, quand j’étais l’un des six enfants à intégrer Litchfield Junior High qui à l’époque avait 700 ou 800 étudiants. Ensuite, nous avons intégré Gadsden High. A l’Université du Tennessee à Chattanooga, j’étais l’un des premiers noirs de la région. Je ne suis pas allé à une école noire jusqu’à ma première année de collège, quand je suis allé à l’Université Fisk.

La HBCU ?

Oui. Je parle de cela dans le livre, mais ils avaient un problème de colorisme là-bas. J’étais dans le dernier cours où ils prenaient un sac en papier brun, et si vous étiez plus foncé que le sac, vous ne pouviez pas entrer dans Fisk.

Vraiment ? En quelle année était-ce ?

C’était en 1972.

Comment vous et votre famille avez-vous expérimenté le colorisme ?

Quand je grandissais, ma mère disait : « Ne ramène jamais de fille noire aux cheveux crépus dans ma maison ». Dans le sud profond des années 50, 60 et 70, le teint de votre peau noire était considéré comme important. Alors, malheureusement, j’ai grandi en entendant ce message. J’ai un chapitre dans le livre qui parle de rage érotisée. Je parle d’aller à la thérapie et de partager qu’un jour j’ai eu un déclic, que je fréquentais principalement des femmes blanches ou des femmes noires au teint clair. En fait, j’ai pensé quand j’ai rencontré Tina, mon ancienne épouse, qu’elle était blanche. Plus tard, j’ai découvert qu’elle ne l’était pas, et elle était vraiment pas très en accord avec son côté noir. J’avais été conditionné depuis l’enfance. Avec une rage érotisée, il y avait de la rage réelle en moi en tant qu’homme noir, et j’ai vu la femme blanche comme un moyen, inconsciemment, d’être au meme niveau ou de se venger. Il y a beaucoup d’hommes noirs de mon époque qui ne sont pas conscients de cette chose.

Je suis sûr que vous avez remarqué des tendances similaires de colorisme une fois que vous avez rejoint l’industrie de la musique. 

Oh bien sûr ! Je défie mes étudiants de Texas Southern d’y réfléchir. Quand il s’agit de femmes noires, quelles les personnes qui voient leur musique le plus jouer à la radio pop ? Mariah Carey, Rihanna, Nicki Minaj, mes enfants Beyonce et Solange, et quest-ce qu’ils ont tous en comment ?

Elles ont tous la peau clair.

Pensez-vous que c’est un accident ?

Bien sûr que non !

Alors vous comprenez !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here