Nouvelle faille sur le Boeing 737 Max

0
6
boeing
Photo: Boeing/Instagram

L’ agence gouvernementale américain de l’aviation civile a identifié un nouveau risque potentiel avec l’avion.

La Federal Aviation Administration n’a pas précisé le dernier revers pour Boeing, qui s’efforce de faire décoller le Boeing 737 après des crashs en Indonésie et en Éthiopie.

Le risque a été découvert lors d’un test de simulateur la semaine dernière, mais il n’était pas encore clair si le problème pouvait être résolu par une mise à niveau logicielle ou s’il nécessiterait une correction matérielle plus complexe, ont indiqué des sources à Reuters.

Boeing doit régler le problème avant que l’avion ne puisse reprendre son service, ce qui signifie que Boeing ne mènera pas de vol d’essai de certification avant le 8 juillet au plus tôt, et la FAA passera au moins deux à trois semaines à examiner les résultats avant de décider de remettre en service l’avion.

Le constructeur travaille à la mise à niveau d’un système de prévention des décrochages appelé MCAS depuis le crash de Lion Air en Indonésie en octobre, alors que les pilotes auraient perdu un bras de fer avec un logiciel qui leur aurait fait mouche à plusieurs reprises.

Un deuxième accident mortel en mars en Éthiopie a également impliqué le MCAS, qui a coûté la vie à 346 personnes.

« Sur le dernier numéro en date, le processus de la FAA est conçu pour découvrir et mettre en évidence les risques potentiels. La FAA a récemment découvert un risque potentiel que Boeing devait atténuer », a déclaré la FAA dans un communiqué envoyé à Reuters. « La FAA lèvera l’ordre d’interdiction de l’aéronef quand nous jugerons qu’il est sécuritaire de le faire. »

Interrogé sur le nouveau risque potentiel, Boeing a déclaré qu’il travaillait en étroite collaboration avec la FAA afin de remettre le MAX en service en toute sécurité.

Le directeur général de la société a déclaré ce mois-ci que la société aurait dû être plus ouverte sur les problèmes du 737 MAX, ce qu’elle a d’abord nié.

Deux personnes informées sur le sujet ont déclaré à Reuters qu’un pilote d’essai de la FAA lors d’un test sur simulateur la semaine dernière exécutait des scénarios cherchant à activer intentionnellement le système de prévention de décrochage MCAS. Au cours d’une activation, il a fallu une longue période pour récupérer le système de compensation de stabilisateur utilisé pour contrôler l’avion, ont indiqué les personnes interrogées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here