Une femme arrêtée pour avoir « empoisonné » sa colocataire noire plaide non coupable

0
575
tampons

Brianna Brochu, une ancienne étudiante de l’Université de Hartford accusée d’avoir « empoisonné » sa colocataire noire a plaidé non coupable lundi.

Brianna Brochu ne fera pas face à des accusations de crimes haineux. Elle a plaidé non coupable lundi 18 décembre.

Le NAACP a protesté après l’annonce, et le président, Scot X. Esdaile, a publié une déclaration.

Nous sommes très déçus par les prosecteurs n’insistant pas suffisamment sur cette affaire.

Briana Brochu, a été accusée de méfait criminel et de violation de la paix après avoir admis dans un post Instagram avoir frotté des tampons usagés sur les affaires de Chennel « Jazzy Rowe ».

Brochu qui se référait à Rowe comme « Barbie Jamaïcaine » a dit qu’elle a altérer les affaires de sa colocataire avec des tampons usagés, craché dans son huile de coco et tremper de la palourde moisie dans ses lotions.

A cela, Brochu a dit avoir léché les ustensiles de cuisine de sa colocataire, assiettes, cuillères et fourchettes.

Une fois que sa colocataire a déménagée, Brochu a pris son Instagram et a dit, « Enfin, j’ai été débarrassé de ma colocataire ! Après un mois et demi de crachat dans son huile de coco, tremper la palourde moisie dans ses lotions, frotter les tampons usés sur son sac à dos, mettre ses brosses à dents là où le soleil ne brille pas, et bien plus encore, au revoir Barbie Jamaïcaine ».

Brochu a été arrêtée par la police, et peu de temps après, elle a été expulsée de l’université de Hartford.

Brochu avait avoué avoir étalé les tampons usagés sur le sac à dos de sa colocataire et avoir léché les ustensiles, mais « tout ce qu’elle a raconté sur les réseaux sociaux était un mensonge pour essayer de paraître drôle » a déclaré son avocat.

Un procès devant le jury doit se poursuivre le 29 janvier 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here